vendredi, avril 23, 2021
News

Jean-Michel Aulas veut aplanir les dettes de l’OL dues à la crise économique

Jean-Michel Aulas s’est exprimé sur la situation économique de l’OL, et ses plans pour contrer la crise économique. Il a ainsi évoqué l’avenir de Memphis Depay et Rudi Garcia.

La pandémie de Covid-19 frappe de plein fouet le football français. Et chaque club tente de trouver des solutions. Reims et Lens notamment, en Ligue 1, ont annoncé ces derniers jours avoir trouvé un accord avec leurs joueurs pour une baisse de salaires de ces derniers. L’OL a subi une perte nette de 50,6 millions d’euros sur les six derniers mois de l’année 2020 (contre un bénéfice de 14,9 millions d’euros sur la même période en 2019).

Lors d’une interview donnée au journal Le Progrès, l’éternel président de l’OL Jean-Michel Aulas a d’abord prévenu : aucune décision au sujet d’une potentielle prolongation de Rudi Garcia ne sera prise avant la fin de la saison.

Memphis Depay finalement parti pour rester ?

Celui qui dirige les Gones depuis bientôt 34 ans s’est aussi arrêté sur la situation de l’attaquant néerlandais Memphis Depay, qui sera libre dans ces prochains mois. JMA n’exclut pas de lui proposer de prolonger le bail.

« Pour Memphis, c’est la fin d’une aventure pour cette année. C’est un joueur de grand talent, de classe mondiale, et il n’y en a pas tant que ça dans l’effectif. Il apporte des solutions. Il peut être l’homme d’un grand bonheur. J’ai toujours souhaité qu’il reste mais nos propositions n’ont pas été retenues. Mais on lui a laissé à chaque fois exprimer son ambitions, ses valeurs.  On l’a aidé pour aller à Barcelone, mais ce n’était pas possible sur le plan économique. Jusqu’au bout, on croit qu’il va renouveler pour la saison prochaine. Pour l’instant, c’est une chose pas possible, mais pourquoi pas ? ».

25% de baisse de salaire pour les mieux payés du vestiaire

Depuis le début de la crise sanitaire, la billetterie et l’évènementiel ont baissé de 90%. Ainsi, l’OL est aujourd’hui déficitaire de plus de 50 millions d’euros. Forcément, le rendement de la masse salariale va être impacté.

« Sur la partie des joueurs, j’ai proposé que cela soit modulable. J’ai été le premier à intervenir sur la réduction au-dessus d’un salaire minimum. Et la barre est à 50 000 euros, avec une baisse de 25% au-dessus, de cette part. Les plus gros salaires sont les plus impactés en valeur absolue et les jeunes ne seraient pas impactés. Après, on aura la possibilité sur les résultats de récupérer tout ou une partie des efforts des gros salaires. Il n’y a pas eu un enthousiasme délirant tout de suite, mais ça a permis de poser le problème. Les joueurs ont joué le jeu sur l’écoute, je les remercie ».

Laisser un commentaire

NE PAS suivre ce lien ou vous serez banni du site!